L’effectif amiénois a évolué ces derniers jours avec l’arrivée de deux joueurs (Louis Delisle et Bastien Maïa) mais également avec un départ, celui de Dimitri Thillet qui retourne donc à Gap.

Il ne fallait pas arriver en retard. Dès la première action, 48 secondes de jeu, West ouvre le score en prenant le rebond suite à un tir d’Edwards.

Cela part à cent à l’heure. Anglet répond deux minutes plus tard par Poudrier, Loïc le frère de l’amiénois Pierre-Maxime (2’47).

Amiens reprend l’avantage par l’homme en forme du moment, Halley. Halley récupère le palet dans la crosse du défenseur. Dos au but, il tente de se retourner mais Bertein fait l’arrêt. Il poursuit son action, récupère le rebond et le pousse au fond des filets (6’46). Son cinquième but en trois matchs.

Amiens pousse. Maia, fraîchement arrivé, passe en retrait à Edwards, sans succès. “Bastien est un joueur très intelligent. Il a fait des passes à des joueurs qui ne s’attendaient pas à recevoir le palet alors qu’il avait la cage ouverte. Il a du talent, une belle vision. C’est son premier match et aucun entraînement avec l’équipe. Un joueur qui a un avenir devant lui.”, M. Richer.

Amiens maintient la pression, avec des combinaisons et autres déviations. La défense angloy tient. Malgré deux infériorités, le score reste inchangé.

En supériorité au début du second tiers, Amiens continue sa domination mais Anglet reste dangereux. A sa sortie de prison, Grenier reçoit le palet à la bleue mais Buysse veille.

Amiens obtient sa première pénalité. Ce qui permet à Anglet de respirer défensivement. Le match s’équilibre. Giroux intercepte un palet à la bleue mais Bertein fait l’arrêt.

Lamboley est proche d’égaliser. Plein axe, Buysse bloque de la botte. Anglet réussit à égaliser par Poudrier sur une passe en retrait de Decock (35’52).

Amiens réagit. Maia passe à West puis Edwards, un jeu à une touche, Bertein fait l’arrêt.

Amiens installe un power play, malgré une égalité numérique, dans les dernières minutes mais sans succès.

Dès le début du dernier tiers, Plouffe dévie une passe de Maia. Romand tente sa chance en contre, le score reste inchangé.

Le troisième tiers s’équilibre. Chacune des deux équipes peut inscrire ce troisième but mais le dernier geste est manquant.

Le tiers baisse en intensité et il faut une supériorité amiénoise pour débloquer le score. 8 secondes de jeu suffisent à Giroux pour détourner une passe de Narbonne (52’07).

Matima, à son tour, tire à bout portant sur une passe en retrait ; superbe arrêt de Bertein.

Ce troisième but aura pour effet de réveiller les amiénois. Maïa dribble un défenseur puis passe en retrait, personne pour reprendre. L’action suivante, Matima avance. Laissé libre, il lance d’un tir du poignet en lucarne. Bertein ne peut rien faire (56’04).

A trois minutes de la fin, Anglet profite d’une prison amiénoise et sort son gardien. Amiens maintient le score malgré la pression et remporte sa cinquième victoire consécutive en championnat, sa 10eme en 11 matchs toutes compétitions confondues

Mario Richer : “Il faut donner crédit à Anglet. Ils ont travaillé très fort. Nous avons pensé que ça pouvait être facile. Quand on remporte plusieurs victoires de suite, on pense que l’autre équipe va donner des points. Aucun match n’est facile. Il faut toujours travailler fort. Nous avons donné presque autant de chance de compter au premier tiers que contre Lyon sur l’ensemble du match.”

Léo Bertein : “On savait que cela allait démarrer fort. Amiens est sur une très bonne dynamique. A 2-2, tout était possible. On a payé des erreurs cash. Cela a donné un bon match ce soir. C’est toujours un plaisir de revenir jouer à Amiens, une superbe ambiance.”

Amiens – Anglet 4-2 (2-1, 0-1, 2-0)

Buts pour Amiens : 0’48 West (Maia, Edwards), 6’46 Halley, 52’07 Giroux SN (Narbonne, Trabucco), 56’04 Matima (Bault, Buysse)

Buts pour Anglet : 2’47 Poudrier (Decock, Maso), 35’58 Poudrier (Decock)

Pénalités : 8 min pour Amiens, 8 min pour Anglet