8èmes de finale de Coupe de France : seule la victoire sera belle !

18 décembre 2014

Ce mardi soir, à 20 heures, hockeyeurs gothiques et alsaciens se retrouvent, sur la patinoire de L’iceberg, 48 heures après un match de Ligue Magnus qui a clairement tourné à l’avantage incontestable des visiteurs. Cette fois, on repart à zéro, pour le compte des 8èmes de finale de la Coupe de France. Un match couperet ; malheur au vaincu, car seul le vainqueur poursuivra sa course dans une compétition convoitée depuis plusieurs saisons par les amiénois. Méfiance face à des strasbourgeois qui, selon leur coach, le « sorcier Daniel Bourdages » ont fait de cette rencontre, un moyen de retrouver de « la dignité » après la déroute essuyée, en Ligue Magnus, contre nos gothiques, il y a moins de 48 heures.
Sur le papier, les amiénois paraissent archi favoris; comment pourrait-il en être autrement, après leur large victoire 11 – 4 de dimanche soir ? Mais le hockey, comme tous les sports, n’est pas un éternel recommencement et les Gothiques doivent s’attendre à une autre réception pour ce match, à élimination directe, de la part de leurs hôtes, meurtris et revanchards après une telle déroute.
Ils devront garder à l’esprit le début de leur dernière confrontation, de ce dimanche, qu’ils n’ont vraiment pris en mains qu’à l’entame du second tiers. Car, si le toujours pétillant Joël Champagne avait bien ouvert la marque, contre le cours du jeu, les gothiques avaient dû batailler ferme et souvent s’en remettre à la vista de Mitch Okeefe, dernier rempart infranchissable qui, une fois de plus, ferma littéralement « la baraque » !
C’est Kevin Bruijsten, étonnamment muet contre Lyon (c’était, en effet la première fois, depuis le début de cette saison que notre « Gunner batave », n’avait marqué aucun point : assistance ou but, en match officiel !) qui sonna la révolte. En un peu plus d’une minute dans le second tiers, il avait comblé cette lacune et ouvert l’appétit à ses coéquipiers qui allaient s’offrir un véritable festin de buts. Les plus gourmands, (ou gourmets) furent David Bastien (à 4 reprises), Julien Guillaume et Shayne Stockton (2 buts chacun), Jamie Vanderveeken, ajoutant leur contribution à celle de Kevin Bruijsten et de Joël Champagne déjà cités !
A la fin du match, les amiénois étaient évidemment ravis de la tournure prise par les évènements mais ne fanfaronnaient pas, conscients de leur réussite spectaculairement insolente (5 buts en 6 minutes !) sachant que la rencontre de ce soir : un match en élimination directe, allait être une « autre paire de manches ».
Le premier à tempérer les ardeurs était Olivier Duclos qui déclarait, au micro d’Antoine Barège, sur France bleu Picardie, « avoir connu une réussite maximum », avant de poursuivre :
« Cette victoire ne fait pas de nous la meilleure équipe du championnat, mais nous n’allons pas bouder notre plaisir. Je trouve que ce n’est pas mal, pour une équipe, qui, soi-disant ne marque pas beaucoup de but ; nous avons été capables d’en inscrire 17 en 2 matches !A la fin du second tiers, nous avons demandé à nos joueurs ,sur le banc, de ne pas chambrer les adversaires , d’éviter les bouffonnades, mais de jouer le jeu, sans répondre aux coups. Mais plutôt de commencer, dès à présent, à penser au match de Coupe du surlendemain ! »
Après avoir exprimer sa complète satisfaction, l’assistant coach a salué la prestation exceptionnelle de David Bastien, auteur d’un quadruplé, « qui, en dépit d’un début de saison compliqué, s’est toujours comporté en « professionnel exemplaire », en souhaitant, avec Barry, que ce match, constitue, pour lui, un vrai déclic »
Même satisfaction du côté du président Henno, présent à Strasbourg, « bien placé pour savoir qu’il est toujours difficile de s’imposer, plusieurs équipes se sont cassé les dents sur cet Iceberg, » (il avait vécu, dans cette même patinoire, les dernières éliminations en play-offs au cours de précédentes saisons).
« C’est un score qui fait plaisir et qui a dû également rassurer nos supporters. Cette équipe, construite essentiellement par Barry, à l’exception des joueurs amiénois déjà en place, affiche vraiment un bon casting composé de beaucoup de hockeyeurs travailleurs qui jouent tous dans le même sens, toujours pour le groupe. Nous le répétons, à l’envi, mais cela se vérifie à chaque match ; il n’y a pas de stars dans l’équipe, chacun fait montre d’une solidarité exemplaire. Un comportement qui fait que nos gothiques sont aujourd’hui de plus en plus craints »
Pas question pour T. Henno, qui travaille déjà, avec les deux coaches, à la constitution de l’équipe de la saison prochaine, de faire un pronostic pour le match de ce soir, mais plutôt d’imposer une seule alternative : la victoire.
« Après une défaite en championnat, il est toujours possible de se rattraper, la journée suivante, mais en Coupe de France, pas question de session de rattrapage. Il faut absolument que nous signions ici une seconde victoire, ce soir, pour continuer notre chemin, le plus loin possible, en Coupe de France !
Ce mardi soir, il faut repartir de zéro et remotiver les gars, nous devons nous attendre à une réaction de nos adversaires, à nous de rester vigilants, quitte à changer de stratégie »
Tout est dit : seule la victoire sera belle
Come on guys !
Match à suivre ce mardi soir, en direct sur France Bleu Picardie , coup d’envoi à 20heures
Jicehel