Carré de 4 victoires, dont un brelan, en Ligue Magnus, pour les Gothiques

24 décembre 2014
2014 11 22oliv duc

Samedi, les gothiques d’Amiens se sont finalement imposés, au bout du bout du match qui les opposaient, au Coliséum, aux Drakkars caennais. Il leur a fallu en passer par l’épreuve des prolongations et des tirs au but ; séance pendant laquelle le gardien amiénois Mitch Okeefe, (déjà excellent pendant toute la partie, « tenant véritablement la baraque » dans les moments difficiles) s’est montré intraitable, en arrêtant tous les tirs de cette « fusillade ».
Cette victoire, la 4ème de suite, (en comptant le succès obtenu, en Coupe, contre Strasbourg,) n’a pas suscité que des réactions d’enthousiasme. Plusieurs membres du club, bien que satisfaits de ces deux nouveaux points, n’ont pas toujours goûté la manière d’obtenir ce, pourtant flatteur carré de 4 succès de suite, dont 3 consécutifs en Ligue Magnus!
C’est vrai, que la partie ne s’est pas vraiment déroulée comme beaucoup le pronostiquaient : la faute ou plutôt le mérite, en revenant aux vigoureux adversaires normands dont les défenseurs, et notamment le gardien de but, ont détourné ou arrêté, 33 des tirs déclenchés par les amiénois. Pour leur part, les drakkars n’ont décoché que 23 flèches, pour deux « empoisonnées », pour autant de buts.
Si le premier tiers fut largement dominé par les amiénois, comme l’atteste le nombre de tirs (6 pour Caen et 11 pour Amiens), l’efficacité, était plutôt dans le camp visiteur, (6 tirs caennais en première période pour le premier but de la partie, inscrit par un tandem d’anciens gothiques : Fabien Métais assisté de Vsevolod Tolstushko (17’45’’). Alors que l’arrière-garde normande réussissait à préserver ses buts de toute intrusion du palet ! La tournure prise par les évènements calma les ardeurs d’un public venu en nombre, qui, retenant son souffle, se montrait timoré à soutenir ses joueurs.
En seconde période, les amiénois semblent d’entrée dans de meilleures dispositions et continuent à envoyer des missiles qui finissent par atteindre la cible (12 tirs pour deux buts, contre 9 pour un but du côté des normands). Kevin Bruijsten, sera le premier artificier à sonner la charge en ouvrant le compteur gothique (1 -1 ; 25’35’’). On pense alors que les Gothiques vont hausser leur niveau de jeu et prendre le large.. Cela semble prendre forme, après le déboulé rageur de Romain Bault qui modifie le score (2 -1 ; 34’06’’), mais c’était sans compter avec la détermination des drakkars, qui , à peine, une minute plus tard, par le bien nommé Poudrier, remettent les compteurs à zéro (2-2 ; 35’21’’).
L’ultime tiers temps peut se résumer à une grosse domination amiénoise (10 tirs à 3), malheureusement stérile et pleine de suspens. Les Caennais adoptant la position du hérisson, recroquevillés en défense, mais toujours prêts à lancer de dangereuses contre-attaques, qui donnent l’occasion de s’illustrer brillamment à un Mitch Okeefe des grands soirs. Une attitude qui se confirmera lors de la séance de tirs au but, pendant laquelle Joël Champagne délivrera ses équipiers et soulagera le public du Coliséum qui saluera ses joueurs pendant plus de deux tours d’honneur chaleureusement applaudis !
Une chaleur et un enthousiasme légèrement refroidis par les commentaires recueillis auprès des deux entraîneurs, du président Thomas Henno et de Romain Bault.
Respectons la hiérarchie en écoutant le président Henno, qui a décidé de se faire plus rare dans le vestiaire des joueurs :
« Cette année, j’ai décidé d’adopter une philosophie complètement différente de celle des saisons précédentes ; je ne côtoie que très peu les joueurs et mes visites dans le vestiaire sont très rares ! Cette attitude figurait dans les termes du deal que j’ai établi lors du recrutement du coach ; je souhaitais qu’il prenne ce sujet, en charge à 100%.
Je ne boude les joueurs en aucune façon, j’étais d’ailleurs au plus près d’eux, pendant leur séjour en Alsace pour les deux matches contre Strasbourg. Au cours de ces 3 jours, j’ai également eu de nombreux entretiens avec les entraîneurs. J’ai pu constater, de visu, l’excellent état d’esprit qui règne dans le groupe , et je pense que, ce soir, tout le monde doit être très frustré, car, tous, sont ambitieux et savent pertinemment qu’ils peuvent et doivent évoluer à un autre niveau que celui de leur production de ce soir ! »
Romain Bault, désigné homme du match, devant les caméras de France 3 Picardie et le micro de France Bleu Picardie :
« Nous nous attendions à un match fermé ; ce fut le cas ! Cette rencontre démontre, s’il était besoin, que, même sur notre glace, rien n’est acquis ! Les drakkars nous l’ont prouvé ce soir, en faisant tout pour ne pas retourner chez eux sans prendre au moins un point. Nous avons eu de nombreuses occasions, en restant malheureusement moins opportunistes que contre Strasbourg ! Pour ma part, je suis très satisfait d’avoir marqué un but, cela n’arrive pas souvent, à mon poste, ça remet un peu de baume au cœur et c’est bon pour le moral. Le plus important était de remporter la victoire, c’est fait ! Nous étudierons ensemble, lors des prochains entraînements les petits détails à améliorer.
La fatigue a-t-elle joué un rôle dans la rencontre ?
« Pas vraiment, je pense que physiquement nous étions bien, notamment pendant les derniers entraînements où chacun s’est donné, comme toujours, à 100%. Je ne crois pas que l’on puisse invoquer la fatigue, mais plutôt voir dans les têtes ! Nous savions que l’on allait jouer le dernier du championnat, nous nous sommes peut être inconsciemment dit que cela n’allait être qu’une formalité, ce ne fut pas le cas….Les Caennais ont contré beaucoup de palets, et formé un mur devant le gardien. Retenons une seule chose de cette soirée : nous avons signé une nouvelle victoire ! »

Olivier Duclos : au micro de Bertrand Quique, dans l’après match
« Nous avons manqué d’humilité, ce n’est pourtant pas faute d’avoir mis en garde toute la semaine les joueurs sur la motivation caennaise. Cette équipe venait d’engranger 3 points sur leurs deux derniers matches. Je peux concevoir que notre équipe, qui venait de disputer 4 matches en 8 jours, puisse montrer quelques signes de fatigue. Je ne veux donc retenir que les deux points de la victoire, qui confortent notre position dans le top 4 du classement. On va très rapidement se remettre au travail, car, nous avons un gros match qui nous attend à Gap , la semaine prochaine ».
S’il ne fallait retenir qu’un seul mot pour qualifier la rencontre de ce soir ?
« Catastrophique !! »
Allez-vous vous appuyer sur ce match pour le quart de finale de Coupe de France contre Cholet, une équipe de D1, qui pourrait sembler aisément à votre portée ?
« Nous allons sans doute tenir le même langage aux joueurs. Ce n’est pas la première fois que nous essuyons un revers contre des équipes « présumées » inférieures. Nos confrontations contre les 3 derniers du classement : Caen, Brest et Morzine ont été assez décevantes sur la forme et au moins une fois au niveau du résultat (défaite à Morzine), et nous avons frisé la correctionnelle contre les Albatros brestois et, ce soir, face aux caennais. Nous y voyons un manque de motivation et un important manque d’humilité ! Je peux d’ores et déjà vous confirmer, que Barry et moi, allons, ces jours prochains, faire comprendre aux joueurs, que chaque rencontre doit être abordée avec le même sérieux, quel que soit l’adversaire. Nous sommes habités par un sentiment de colère !
Avec Barry, nous avons noté que nous comptions 9 victoires sur les 11 dernières rencontres ; des résultats qui ont permis d’instaurer un réel climat de confiance entre et avec les joueurs ; mais ce soir, c’est peu de dire que nous sommes déçus ! Nous allons leur rappeler qu’ils ont des droits, mais qu’ils ont aussi des devoirs ! Notamment ceux d’être performants à chaque match ! »
201 11 22 coach bary 2
Le mot de la fin revenant à Coach Barry :
« Je ne pense pas que nous ayons pris nos adversaires du jour à la légère, je dirais plutôt que nous n’avons pas affiché la combativité nécessaire. C’et vrai que nous disputions nôtre 4ème match en 8 jours, peut être faut-il y voir une relation de cause à effet, mais cela n’aurait pas dû se passer ainsi, même si nous avons largement dominé le 3ème tiers, sans toutefois parvenir à marquer. Il faut souligner que nous n’avons pas appliqué notre système en jouant sur les côtés. Il nous fallait plus souvent tirer au but. Mais finalement, nous avons pris les deux points, ce que nous voulions avant le coup d’envoi. Bien sûr, nous n’avons pas réalisé un match parfait, nous aurions pu mieux jouer : c’est toujours possible de le faire »

Propos recueillis par Jicehel