CDF: sur les traces des U22 pour aller au POMGE….

6 janvier 2015

20150106 finale CDF 2>Ce mardi soir, à 20 heures, les Gothiques d’Amiens disputeront la demie finale de la Coupe de France, dans l’enceinte surchauffée de l’Alp Arena des Rapaces de Gap. Ce match a été entouré de rouge sur le calendrier des deux équipes. Il faut dire que l’enjeu est d’importance ; les vainqueurs de cette rencontre se verront délivrer le « Sésame » pour accéder à la grande finale nationale qui se déroulera le dimanche 25 janvier au POMGE ; le Palais Omnisports Marseille Grand-Est .
L’atmosphère et l’ambiance sont bien différentes dans les deux formations, chez les Rapaces Gapençais ; tout baigne ! L’équipe de cette saison a été complètement bouleversée ; aux commandes un coach briançonnais qui n’a eu qu’un col à franchir pour changer de vestiaire. Il a été suivi par plusieurs diables rouges qui ont décidé de vivre une nouvelle aventure aux côtés de Luciano Basile. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la mayonnaise a rapidement pris, puisqu’au terme de la 18ème journée, les gapençais totalisent 11 victoires dans le temps réglementaire, 2 autres en prolongations, pour 4 défaites dont 2 dans le temps additionnel. Un parcours qui les installe solidement à la 4ème place, à seulement deux longueurs de Rouen, l’actuel dauphin de Grenoble, leader pour le moment incontesté. Sans oublier un parcours plus qu’honorable en Coupe de la Ligue (défaite en demie finale)….

Dans le vestiaire gothique, sans parler d’annus horibilis, on pourrait cependant évoquer des « initium et finis anni horribilis », (traduction pour les non latinistes : fin d’année et début d’année horribles. Au total , au terme de la 18éme journée de championnat nos hockeyeurs se retrouvent en 7ème position ; prix de leur 9 victoires, pour autant de défaites (6 dans le temps réglementaire et 3 en prolongations !). Si l’on compare le parcours des deux équipes depuis leur première confrontation, le 29 novembre dernier ; Gap a enregistré 5 victoires sur 7 rencontres, alors qu’Amiens a essuyé 5 revers sur le même nombre de rencontres !
La plus cinglante remonte au 2 janvier, contre l’avant dernier de la Ligue Magnus, même s’il faut souligner que, depuis quelques semaines, les brestois ont transformé leur patinoire en citadelle imprenable. Plusieurs formations plus huppées y ont d’ailleurs laissé quelques plumes. Les saisons se suivent et ne se ressemblent donc pas vraiment en ce qui concerne les affrontements amiéno-brestois. La saison dernière, à peu près à la même époque, les gothiques avaient précipité les brestois de manière inéluctable en play-down, ; cette année les bretons profitent de leur victoire pour quitter la zone de relégation et plongent les amiénois dans des abîmes de perplexité.
Comment considérer ce non- match d’une équipe qui a pourtant démontré de solides qualités ? Du côté du duo d’entraîneurs le constat est logiquement sévère : « le pire match de la saison ! » pour Barry Smith. Sévérité accrue chez Olivier Duclos, son assistant : « Les joueurs doivent absolument se réveiller, plutôt que se regarder un peu le nombril en match ou aux entraînements, on ne peut y arriver que tous ensemble, mais si nos « top joueurs »ne sont pas là, ce sera difficile de gagner les matches ! »
Des difficultés inhabituelles confirmées par Fabien Bourgeois, au micro de France Bleu Picardie, qui parle du « naufrage collectif » enregistré en rade de Brest : « Après un premier tiers catastrophique, nous avons baissé la tête, et nuls jusqu ‘au bout ; personne n’a bien joué, nous avons accumulé des erreurs que nous n’avions jamais commises. Quelques uns ont bien essayé individuellement de renverser la vapeur, mais rien n’a fonctionné ! »
Luciano Basile qui connaît bien son affaire et qui a déjà croisé les Gothiques ne tarit pas d’éloges sur son adversaire du jour « C’est une très belle équipe qui travaille très fort, sans baisse d’intensité, un style pas très spectaculaire mais très efficace. Elle possède de gros gabarits qui mettent de gros shoots et envoient le palet très vite à a cage. Le gardien de but avait réalisé un super match contre nous.
Face à ces gothiques, les gapençais devraient être privés de plusieurs joueurs importants, 3 de manière certaine : Matt Carter, qui, avec 3 buts avait été le bourreau des amiénois lors du match de fin novembre et qui est meilleur marqueur gapençais ( en 17 matches , son compteur affiche 13 buts et 10 assistances), suspendu, Ryan Ruikka et Roman Vondracek, blessés. 4 autres, Matt Wahl, Chad Langlais, Teddy Trabichet Loïc Chapelier sont annoncés comme incertains, voire absents certains. Nous verrons ce soir, au coup d’envoi, qui sera vraiment sur le banc ou toujours pensionnaires de l’infirmerie.
En dépit de ces absences, les Rapaces de Gap, demeurent une équipe de grande valeur, avec Nicolas Pard qui a pris la relève du rôle de « sérial buteur », habituellement dévolu à Matt Carter ; Nicolas Ritz qui possède un gros impact physique, doublé d’un tir très puissant, générateur de rebonds, qui font merveille dans le power-play. Autres points forts de ces Rapaces, leur jeu de puissance à 4 lignes et leur intraitable ligne de défense qui fait bonne garde devant le gardien Charles Lavigne.
Mais les gothiques qui auront à cœur de faire oublier leur non-match de Brest, ont les moyens d’arracher leur qualification pour cette finale de Coupe de France et d’inscrire une belle page dans le palmarès du club. Pour cela, ils ne devront pas fonctionner sur courant alternatif, mais en continu, et s’inspirer de l’exemple des U22, (dont plusieurs évoluent en Ligue Magnus) qui viennent de triompher, ce week-end, de leurs homologues gapençais (11à 2). Pas question de réclamer un tel score, mais une victoire écrasante de 1 à 0 même en prolongations nous irait très bien, et nous donnerait notre billet pour le POMGE !

Allez Amiens
Match retransmis en direct sur France Bleu Picardie ; coup d’envoi à 20h30 heures prise d’antenne de l’envoyé spécial , Antoine Barège dès 20heures
Jicehel