Coup de massue au Coliséum

26 novembre 2017
matimasite

Les Gothiques recevaient en fin d’après midi les Lions de Lyon pour le compte de la vingt-troisième journée de SAXOPRINT Ligue Magnus. Un match important contre un concurrent direct à la course à la quatrième place. En effet, les Lyonnais siègent à la sixième place du classement avec deux points de retard et deux matchs en moins que les Gothiques. Un victoire qui permettrait de creuser l’écart et de mettre la pression au quatuor de tête que sont Bordeaux, Gap, Rouen et Grenoble.

Un peu plus d’une semaine après une superbe victoire face aux Boxers de Bordeaux, les Gothiques retrouvent le Coliséum après une déconvenue vendredi au Haras, face à un Angers pourtant peu étincelant cette saison. L’occasion donc de renouer avec la victoire avant un déplacement important à Epinal ce mardi (Epinal étant septième du classement, à trois points d’Amiens avec un match en moins).

A l’image du match contre Angers, les deux équipes font jeu égal, mais hormis un jeu d’infériorité bien géré par les Gothiques, il n’y a pas grand chose à signaler dans ce tiers. Bien que la statistique de tir soit largement en faveur des Lions (14 tirs à 4), cela est dû au peu de tirs cadrés par les Amiénois.

Le deuxième tiers est davantage engagé de la part des deux équipes. Breton est pénalisé pour une charge contre la bande et le jeu de supériorité Amiénois se met en place. Elie Marcos lance de la bleue, Rudy Matima récupère le rebond de Jérémie Romand et ouvre le score après un très bon travail d’équipe. Nobert Abramov égalise en supériorité numérique quelques minutes après en trompant Henry-Corentin Buysse de derrière la cage. Les Gothiques n’arrivent à mettre de l’intensité que par à-coups, mais lorsqu’ils jouent simplement ils se montrent dangereux.

Le troisième tiers commence sur les chapeaux de roue. Phil’ Halley est superbement servi par Jérémie Romand après que Axel Prissaint se soit bien battu pour garder le palet en zone offensive. Le canadien ne tremble pas et redonne un but d’avance aux locaux. Cinq minutes plus tard, Mario Trabucco inscrit son deuxième but en deux match sur un caviar de Anze Kuralt. Les Gothiques ont alors l’occasion d’enfoncer le clou et de tuer le match. A huit minutes de la fin, ils jouent pendant deux minutes à cinq contre trois, mais n’arrivent pas à trouver de bons angles de tirs. Puis, les Gothiques enchainent les erreurs. Favarin tarde à dégager la zone et se fait reprendre par Correia, qui trouve Gerling dans l’enclave. Celui si ne se fait pas prier et contourner Henry-Corentin Buysse pour réduire la marque. Les Lyonnais survoltés profitent d’une deuxième occasion dans la foulée, et Correia en est encore à l’origine. L’ancien Amiénois Ankerst se bat au rebond et égalise avec quasiment deux minutes à jouer. Alors que l’on pense que le match se dirige vers une prolongation, Demiters envoie une cuillère (palet de dégagement en hauteur)  à  trois secondes de la fin. Le rebond surprend HCB et passe la ligne de but à la stupeur générale. Le Coliséum abasourdi met du temps à comprendre que Jo’ Narbonne et sa bande viennent de perdre le match dans le temps réglementaire alors qu’ils avaient le match bien en main.

Mauvais week-end pour les Gothiques. Zéro points pris en deux matchs sur deux concurrents directs, une fin de match ahurissante et trois point « donnés » au Lyonnais ont mis un coup derrière la tête aux Amiénois. La saison est encore longue avec 21 matchs à jouer et comme le dit Jérémie Romand, l’avantage d’avoir trois matchs par semaine et que l’ont peut vite se tourner vers le match suivant et travailler fort pour revenir. Il faudra néanmoins vite digérer cette déconvenue et réagir dès mardi à Epinal.