Des Gothiques à réaction !

10 octobre 2017
visuel-site

Les Gothiques recevaient ce soir les Boxers de Bordeaux pour le compte de la onzième journée de SAXOPRINT Ligue Magnus. Ils arborent ce soir et ce pour tout le mois d’Octobre, comme l’année dernière, un maillot rose pour montrer leur solidarité au profit d’octobre Rose #LesGothiquesSolidaires. Là où les scientifiques combattent le cancer dans les laboratoires, les Gothiques, eux se battent sur la glace. Et il faudra mener bataille pour faire tomber les Boxers, meilleure attaque du championnat (50 buts, soit deux fois plus que les Amiénois).

Et pour ce soir, enfin une bonne nouvelle coté infirmerie : le retour de Suire. Celui ci est remis dans l’alignement au détriment de Louis Olive. Mario Richer en profite pour remanier ses lignes par rapports à Vendredi afin d’apporter une meilleure offensive, gros points noir des Gothiques cette saison. D’autant que Bordeaux est le genre d’équipe à enchaîner les buts, avec en moyenne 5 buts par matchs inscrits. La tâche ne sera pas aisée, mais on sait que la bande à Jo’ Narbonne est capable de grands matchs comme ils l’ont prouvé face à Grenoble.

Le match de vendredi ne semble pas vraiment dans le passé pour les Gothiques, et ce que l’on pensait être la force des Amiénois dans ce match n’en est pas une : ils prennent de nombreuses pénalités et sont sanctionnés « cash ». Deux buts sont encaissés en infériorité et les Boxers mènent 0-2 sans pour autant forcer leur talent. Les Bordelais gèrent le match et les Amiénois sont trop fébriles, maladroits devant le but même en supériorité.

Les Gothiques corrigent rapidement le tir dans le deuxième tiers. Bien plus entreprenants, mais toujours en proie à des erreurs techniques, c’est un visage bien plus familier que l’on aperçoit. Toujours attentistes, les Bordelais se contentent de gérer leur avance. Mais cela se paye : Léo Guillemain sert superbement PHil’ Halley d’une passe en travers de la glace. Celui ci déborde sert sert un Tommy Giroux placé à la perfection pour réduire la marque à 1-2. Or les hommes de Mario Richer retombent dans leur travers et encaissent un troisième but, encore en infériorité. Il faudra cependant peu de temps à Kévin Da Costa, sur une pénalité différée, pour réduire le score une seconde fois : 2-3.

Le troisième tiers est largement à l’avantage des Gothiques. Mais à l’image d’Elie Marcos, les attaquants ne sont pas adroits devant le but. Beaucoup de supériorité numérique, et même si il y a du mouvement, ceux ci ne sont pas concrétisés. Les Bordelais ne tirent qu’une seule fois à la cage dans ce tiers, ce qui montrent la nette domination Amiénoise. Mais plus le match avance, plus l’on voit le scénario de Grenoble se redessiner. Dernière minute de jeu, Mario Richer prend son temps mort, et fait sortir HBC pour jouer non pas à 6 contre 5, puis à 6 contre 4. Et cela s’avère payant lorsque Trabucco égalise dans les toutes dernières secondes et force une prolongation méritée.

Et quelle prolongation ! C’est au tour d’un Henry-Corentin Buysse extraordinaire de s’illustrer : il arrête un tir de pénalité et maintient son équipe à flot lors des contres attaques Bordelaise. Le jeu est encore à l’avantage des Gothiques, et malgré une longue supériorité, le score en reste à 3-3 et on se dirige vers des tirs de pénalités.

Au terme d’un séance crispante, Sauvé donne l’avance aux siens. Rudy Matima égalise, et HBC, encore lui, arrête le troisième essai Bordelais. Le sort des Gothiques est entre les mains de Jérémie Romand… qui délivre les siens au terme d’un superbe match.

Une très belle victoire, face à un gros du top 4, malgré une entrée de match en demei-teinte. Trois prolongations en quatre matchs contre une équipe de top 4, et enfin une victoire, et qu’elle fait du bien ! Jo’ Narbonne et son équipe pourront préparer au mieux la réception d’Epinal, vendredi, et toujours au Coliséum.