La guigne et les éléments se liguent contre les Gothiques !

30 septembre 2015

Comme attendu, c’est une équipe gothique amoindrie qui s’est alignée, ce mardi 29 septembre face à des dragons rouennais revanchards., qui avaient en travers de la gorge leur défaite , essuyée lors du match aller de cette 5ème journée de Coupe de la Ligue. Diminués, (avec une absence supplémentaire, non prévue, celle de Jeff Smith), mais pas sans ambition, les amiénois sont entrés avec détermination et sérieux dans la rencontre. Le match démarre sur les chapeaux sur les chapeaux de roues. Les deux formations se lançant à l’assaut des cages adverses ; mais ni Sabourin ni Okeefe, les 2 gardiens ne se laissent surprendre et démontrent l’un et l’autre leurs belles qualités. Arrossamena puis Lampérier (2e), Koudis pour les dragons et Tim Crowder (4e). et GrégoryBéron (7e, 9e) pour Amiens furent les premiers artilleurs qui lancèrent les hostilités sans parvenir à débloquer le score ; ce fut pourtant chose faite, après le premier quart d’heure, par le trio rouennais : Coulombe, Koudys et Raux, à la finition (1-0, 16’19).
Bien que dominés dans la possession du palet et des tirs, (12 pour Rouen et 6 pour Amiens, pour cette première période), les gothiques, qui courbent l’échine devant la pression exercée par les dragons, ne baissent pas la tête, et ne manquent pas de porter le danger dans la zone adverse. Une intensité qui n’est pas pour déplaire aux 2242 spectateurs ravis de la qualité du spectacle.

Second tiers à double face

Le second tiers sera riche en rebondissements qui influeront sur la suite de la rencontre. Tout commence par une entrée en matière tonitruante des rouennais, désireux de concrétiser au tableau d’affichage leur « main mise sur le palet », une stratégie qui impose un minimum d’attention face aux rapides contre-attaques amiénoises. C’est ainsi qu’en moins de 5 minutes, la vista des jeunes gothiques renversa le score ! Roman Carpentier trouve l’ouverture en déviant un missile signé Marius Serer (1-1 ; 25’) ; une réussite qui permet à la petite, mais vocalement puissante délégation de supporters gothiques, de se faire joyeusement entendre. Dans la continuité, Sacha Treille écope d’une pénalité de match pour une charge très violente, contre le jeune Thomas Suire ! Une supériorité numérique immédiatement exploitée, par le véloce Fabien Kazarine, qui modifia subtilement la direction d’un tir Mitch Fillman (1-2 ; 29’ 48’’)
Pas le temps de savourer cette avance acquise contre le cours du jeu, puisque, quelques minutes après ce second but gothique, deux rouennais chutaient sur Mitch Okeefe. Un choc qui allait se révéler fatal pour le gardien amiénois qui resta quelques minutes au sol, ayant des difficultés à se relever. Il y parvint cependant, en claudicant et tenta, bien que diminué, de reprendre sa place, mais il fut contraint de laisser son poste à Guillaume Duquenne, après avoir encaissé, sans pouvoir réagir, le but de l’égalisation rouennaise obtenue par Damien Raux (2-2 ; 31’39’’) et un second réussi par Whitecotton, alors qu’il était masqué par d’autres joueurs (3-2, 33’28).
A noter que le portier gothique est sorti sous les sifflets, c’est vraiment tout sauf fair-play !
Pas le temps de s’échauffer pour son substitut, qui parvint à repousser, avec autorité les shoots de Thinel (35e), Mony (38e) et Labelle (38e) mais s’incline sur celui de Krog (4-2, 38’21).
De retour sur la glace pour un 3ème tiers qui allait largement déborder sur les 40 minutes réglementaires, les dragons accentuaient leur pression et inscrivaient 2 nouveaux buts, en moins de 2 minutes ; par Labelle( 5-2 ;40’30’’) et Guenette (6-2 : 41’31’) . C’est alors que se produisit un incident, heureusement rarissime, en hockey, (sauf à Rouen, manifestement ; car c’est la seconde qu’il se produit en une semaine !) ,la vitre de la porte d’une des prisons, vola en éclats, à la suite d’une charge tout à fait régulière.
La remise en état s’éternisa, l’arbitre refusant, une première fois de reprendre les débats, la réparation de fortune ne remplissant pas les conditions pour assurer aux hockeyeurs , une totale sécurité. Les employés de la patinoire s’activaient atour de la vitre défaillante, pendant que les deux formations avaient regagné leurs vestiaires respectifs. Le chronomètre tournait toujours…..

3 secondes de trop !

Finalement, le jeu reprit, à la « demande du Président de la FFHG » confiera sur les réseaux sociaux, un photographe local. Une décision contestée par le banc amiénois, par la voix de Joël Champagne, qui écopa d’une pénalité de match en fin de partie, pour méconduite.
Le chronomètre gothique marquait 30 minutes et 3 secondes, pour la durée de la réparation du panneau défectueux, beaucoup plus, pour certains spectateurs, pas seulement amiénois qui manifestement n’étaient pas branchés sur le même fuseau horaire. A la fin du match, les Gothiques déposeront des réserves pour cette interruption de match, bien supérieure selon eux, aux délais autorisés dans ce genre de situation.
Le 7ème but rouennais sera inscrit par Thinel , à 3 secondes de la sirène, ne changera rien à l’affaire !
Amiens repart avec une défaite, peut-être en sursis, mais avec un blessé supplémentaire Mitch Okeefe. La scoumoune semble s’acharner sur les gothiques qui se sont pourtant battus avec leurs armes, allant jusqu’à faire douter leurs adversaires, du moins jusqu’au milieu du 2ème tiers, avant que les choses prennent définitivement une autre tournure. Les 3 jours de repos ne seront pas de trop pour préparer un autre déplacement important chez les brûleurs de loups grenoblois…!!

Jicehel