Les 50 bougies du HCAS soufflées en grandes pompes !

12 avril 2017
mission accomplie 50ème

Près de 3200 personnes ont célébré le cinquantenaire d’un club de hockey toujours vaillant : celui du HCAS ! Il faut dire que le menu de cette  journée du samedi 8 avril, concocté par le comité directeur du club était alléchant, et qu’il a tenu toutes ses promesses.
Les festivités ont débuté par un match international amical : France –Suisse. Les 2 équipes, qui  peaufinent leurs alignements et leurs stratégies, se retrouveront dans la même poule des Mondiaux 2017 qui débuteront le mois prochain, à Paris et à Cologne.
Au final, ce sont les Suisses qui l’ont emporté,(4 à 3) , mais la France a fait bonne figure, devant un team helvète, au rythme déjà très élevé, en revenant au score, à 3 reprises, en supériorité numérique, pour finalement céder, à la fin du second tiers.
2 anciens amiénois ont brillé dans cette partie, « Val » Claireaux, auteur de 2 buts, (assisté pour ces 2 réalisations de Kevin Hecquefeuille !)
Le lendemain, les 2 équipes se sont retrouvées, à l’Aren’Ice de Cergy-Pontoise. Et cette fois, ce sont les Bleus qui se sont imposés, (3 à 2), en prolongations.

50 gothik

A la sirène du match international disputé à Amiens, 150 jeunes pousses du hockey amiénois et leurs entraîneurs, chaleureusement applaudis et encouragés par la foule, ont fait un tour d’honneur sur la patinoire. Les parents supporters se sont empressés d’immortaliser ce moment à grands renforts d’appareils photos ou de téléphones portables.
La médaille de la FFHG a été remise à Patrick Graux, cheville ouvrière des festivités, William Quarante, Dave Henderon et à Mme Béatrice Pernaut, épouse du défunt « Doc » , toujours présent dans les cœurs et les têtes des Gothiques.

Condensés de l’épopée et de l’ambiance « Vieilles lames »

Si le comité directeur du HCAS, avait préparé le déroulement dans ses moindres détails, les vieilles lames, et notamment les champions de France 1999 et 2004, n’étaient pas en reste !
Ils avaient programmé plusieurs situations particulières, véritables condensés de moments vécus dans « l’enfer du Nord » Pierre de Coubertin ou dans un Coliséum flambant neuf !
Tout a commencé pas une entrée gag qui a vu la chute, pas involontaire, du gardien de but ; le commentaire du match était assuré par Antoine Barège, néo- messin, ex « voice du hockey amiénois », et Eric Normand.
Au final, les 2 équipes emmenées respectivement par un premier duo M. Rozental et William Fourdrain, et la doublette Elie Marcos et Sacha Kalisa, ont démontré qu’ils avaient encore de beaux restes, en pratiquant un hockey de bonne facture. Les 2 mi-temps programmées à 10 minutes à rallonge, ont comblé d’aise les fidèles supporters, d’autant que pas moins de 11 buts ont été réussis !
Bagarre générale avec des bourre-pifs de pacotille, simulacres de contestations des décisions arbitrales, sans oublier la légendaire chenille qui ponctuait les nombreuses victoires de cette époque glorieuse du hockey amiénois, ont émaillé la rencontre.

Un  après match à la hauteur  de l’évènement

Dans de telles conditions, le match s’est terminé sous les ovations d’un public conquis, et au cours duquel le plaisir a régné en maître sur la glace comme dans les tribunes. L’ambiance devait cependant décupler dans le bar du Coliséum : étape obligée pour tous les joueurs, qui, avant de retourner au vestiaire, revêtir leur tenue civile, ont partagé la bière de l’amitié avec leurs supporters. Tous avaient rajeuni d’une quinzaine d’années et étaient intarissables sur cette belle période du hockey amiénois.

selfie souvenir 2
Pour clore la soirée de belle manière,   tous les joueurs se sont retrouvés pour un repas , qui n’a pas engendré la mélancolie, et ont ensuite rejoint l’espace réception pour  y retrouver tous les bénévoles pour une grande soirée festive…
Le nombre d’anciens joueurs qui ont, spontanément répondu présents pour ce joyeux anniversaire et l’ambiance qui a régné pendant tout le rendez-vous de l’amitié sportive n’est pas sans rappeler les paroles d’une chanson d’un sétois moustachu qui disait :

« Au rendez-vous des bons copains,
Y’avait pas souvent de lapins,
Quand l’un d’entre eux manquait a bord,
C’est qu’il était mort.
Oui, mais jamais, au grand jamais,
Son trou dans l’eau n’se refermait,
Cent ans après, coquin de sort !
Il manquait encore.

Des bateaux j’en ai pris beaucoup,
Mais le seul qui ait tenu le coup,
Qui n’ait jamais viré de bord,
Mais viré de port,
Naviguait en père peinard
Sur la grand mare des canards,
Et s’app’lait les Copains d’abord »

Le 50ème anniversaire du HCAS devrait se prolonger tout au long de la saison prochaine, avec différentes animations  organisées à chaque match de Ligue Magnus SaxoPrint 2017/2018

Jicehel