Les Gothiques avaient les crocs !

17 novembre 2017
henrysitebordeaux1711

Les Gothiques recevaient ce soir pour le compte de la vingt-et-unième journée de SAXOPRINT Ligue Magnus les Boxers de Bordeaux. Après la victoire contre Nice mardi sur le score de 2-1, l’objectif est de confirmer ce soir et de prouver que leur place appartient bien au top quatre. En effet, en battant Bordeaux, les Gothiques se rapprocheraient de la quatrième place, et cela permettrait de creuser l’écart avec Epinal.

Les hommes de Mario Richer l’ont déjà prouvé plusieurs fois cette saison, ils peuvent faire jeu égal avec n’importe qui. Lors de la première confrontation entre les deux équipes, Jo’ Narbonne et sa bande avaient été chercher la victoire en tirs de barrage, alors qu’ils auraient pu l’emporter dans le temps réglementaire. Les Boxers avaient été opportunistes en profitant des nombreuses supériorités numériques concédées par les Gothiques.

Ce match, qui allait s’avérer incroyable, monte doucement en intensité dans le premier tiers. Il faut le noter une fois de plus, le duo Hauchard-Ernecq laisse jouer et cela est très plaisant. Vincent Cadren ouvre le score en faveur des visiteurs après seulement dix minutes de jeu, mais les deux équipes font jeu égal. Peu de temps après, on assiste à ce qui sera certainement l’action qui va changer le cours du match. McEachen met très lourdement (mais proprement) en échec Jérémie Romand. Le géant Français met du temps à se relever, mais ses coéquipiers, dont Jonathan Narbonne, étaient prêts à le venger. A partir de ce moment, les Gothiques montent d’un cran en intensité et n’en baisseront plus du match. Jérémie reviendra dans le match, et verra même un de ses tirs enlevé de la lucarne par un arrêt exceptionnel de Clément Fouquerel.

Dès le début du deuxième tiers, en supériorité numérique, Anze Kuralt sert Tommy Giroux qui aligne Fouquerel à bout portant. Cinq minutes plus tard, Léo Guillemain ressort le palet et sert Loïc Coulaud, qui lance instantanément. La spontanéité du tir trompe Fourquerel une deuxième fois de la soirée et le jeune Français porte la marque à 2-1. Sur l’action, Léo Guillemain percute Clément Fouquerel et se voit exclu. S’en suit alors des échanges virils entre les joueurs des deux équipes, et les Gothiques doivent jouer en infériorité pendant cinq minutes. Encore une fois, les joueurs se démènent et ne permettent pas au Boxers de profiter de cet avantage.

Le troisième tiers continue sur la même lancée. Les deux équipes jouent un Hockey très fluide et c’est très certainement l’un des plus beaux match que l’on ait vu au Coliséum depuis un long moment, quasiment un match de Play-Off. Les Gothiques prennent définitivement le large sur un rebond transformé par Rudy Matima, encore lui. Philippe Bozon tente alors le tout pour le tout et fait sortir son gardien à deux minutes de la fin. À l’image de leur match, Jo’ Narbonne et sa bande tiennent le coup et empochent cette victoire amplement méritée. À noter encore un excellent match de Henry-Corentin Buysse, nommé une fois de plus homme du match.

Avec cette victoire, les Gothiques ont prouvé aux sceptiques, s’il en reste, qu’ils sont capables d’aller chercher les ténors du championnat. Et cela, en faisant jeu égal, voire en dominant les Boxers, tant dans le jeu que dans l’envie. Un Coliseum qui n’aura vu depuis le début de saison, qu’une seule défaite des Gothiques dans le temps réglementaire ! De très bon signe pour la suite du championnat. Les Gothiques vont pouvoir se reposer avant d’aller vendredi à Angers, puis de recevoir Lyon dimanche prochain au Coliseum.