Les Gothiques défaits de peu en Normandie.

21 octobre 2017

Les Gothiques se déplaçaient hier soir à Rouen pour le compte de la quinzième journée de SAXOPRINT Ligue Magnus. Quoi de mieux qu’un derby pour commencer le week end ? Gagner un Derby ! Car comme le dit l’adage, « un derby ça ne se joue pas, ça se gagne ». Et Jo’ Narbonne et sa bande avait fort à faire contre des Rouennais figurant à la deuxième place du classement. Et pour cela, il leur faudra jouer de la même façon que lors du premier tiers contre Gap, car Rouen est une équipe qui peut profiter de la moindre opportunité.

Romain Bault avait raté le premier match de la phase aller, et avait à coeur de jouer ce match. Cependant une blessure va l’en empêcher. De fait, il vient s’ajouter à la liste qui s’est encore ralongée mardi : Todd Perry, Loïc Coulaud et maintenant Romain Bault. C’est donc Louis Olive qui le remplace dans l’alignement, lui qui a rejoint l’effectif pro en début de saison et qui ne l’a plus jamais quitté.

Les Rouennais mettent d’entrée une grosse pression sur la cage amienoise, et le patinage fait la différence. Les Gothiques sont acculés dans leur zone défensive et ne peuvent rien faire face aux assauts des Dragons. Après seulement une minute trente, Marc André Thinel, derrière la cage, trouve Stehlik qui plonge de la bleue . Henry-Corentin Buysse est battu. Les Amiénois n’arrivent pas à suivre les coups de patins des Dragons et sont obligés de faire des fautes. Cela mène à une double supériorité en faveur des Dragons, que les Gothiques arrivent à tuer. Ne pas encaisser de but pendant ce temps fort semble redonner de l’air aux Amiénois qui arrivent par à coups à faire jeu égal. Cependant, ils encaissent un second but à la fin du premier tiers par l’intermédiaire de Loïc Lampérier.

Chanceux de n’être menés que 2-0, les Gothiques reviennent sur la glace avec d’autres intentions. On retrouve l’équipe que l’on a vu au premier tiers contre Gap : intensité, agressivité et jeu simple. Thomas Suire réduit rapidement la marque bien servi par Axel Prissaint. Quelques secondes plus tard, Phil Halley, servi par Tommy Giroux, égalise et concrétise un deuxième tiers parfait. Mais les Amiénois ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Anze Kuralt, en jambe ce soir, se fraye un chemin dans le slot et envoie un boulet de canon dans la lucarne de Pintaric. On est passé de 2-0 à 2-3 en un peu plus de dix minutes, et les Dragons sont méconnaissables. Les Gothiques tirent 15 fois à la cage dans ce tiers, contre seulement 5 pour les Normands.

Le troisième tiers est lui plus à l’image du premier : les Dragons retrouvent leur vitesse de patinage et leur technique qui ont fait mal aux Picards dans le premiers tiers. Il faudra un énorme HBC pour garder les Gothiques dans le match, mais ça ne suffit pas : Chakhiachvili récupère un palet en zone neutre et déborde  pour égaliser. Puis, à huit minutes de la fin, Deschamps redonne un but d’avance aux siens. Les Gothiques tenteront bien de revenir, mais enchainent les pénalités. Ils terminent en double infériorité et ne peuvent que regarder le match se terminer, impuissants.

Courte victoire des Dragons, dominateurs sur 2/3 du match. Mais on a vu des Gothiques qui, même si légèrement inférieurs techniquement, compensaient par une agressivité et une envie sans pareille. Au terme d’un match intense, les Picards sont défaits, mais de peu. De bonne augure pour le match de coupe de France de mardi. En effet, un match de coupe se gagne surtout sur l’envie et la détermination. Aux Gothiques de faire un match complet pour ramener la victoire de l’île Lacroix.