Mario Richer : “Cette saison nous pouvons compter sur un groupe plus étoffé »

17 août 2017
marioricher

Mario, vous jouez samedi votre premier match de préparation à Rouen face aux Dragons. Après dix jours de reprise des entraînements, quels enseignements tires-tu de ce nouveau groupe ?Ces dix jours étaient le moyen pour les joueurs de retrouver de la mise en forme, de la « game-shape » comme on dit ! Cela prend un peu de temps pour préparer son corps, les joueurs français qui se sont entrainés durant l’intersaison n’ont pas la chance de profiter de glace pendant cette période et de fait travaillent d’autres muscles que ceux sollicités sur la glace. Après quelques contractures du bas du corps chez certains joueurs, tout est rentré dans l’ordre et le groupe devrait être au complet pour le déplacement à Rouen.

Que doit-on attendre de ce premier match de préparation face à Rouen qui a déjà joué quelques matchs en Suisse ?Cette semaine nous avons commencé à travailler plus dans le système afin que les joueurs puissent s’y concentrer au cours du match et de fait moins tergiverser dans leur positionnement. Avec un nouvel effectif il faut procéder progressivement, ce match face à Rouen est une première mise en jambe, les automatismes se travailleront plus sur les matchs de préparation de la Napoléon Cup, puis en Angleterre nous peaufinerons tout ça.

D’ailleurs, au terme de ces 10 jours de préparation, décèle-t-on déjà certains automatismes ? Difficile en aussi peu de temps pour une équipe recomposée à 80% ?
C’est sûr que pour le match de ce week-end, des unités vont être créées avec des joueurs qui seront légitimement associés en avantages et en désavantages numériques. Contrairement à la saison passée où nous retrouvions parfois les mêmes joueurs sur les 2 unités spéciales, cette saison nous pouvons compter sur un groupe plus étoffé et plus complémentaire. On a, dans cette équipe, des spécialistes dans ces 2 compartiments du jeu.
Ce premier match face à Rouen est tôt dans votre préparation, avez-vous eu le temps de travailler ces unités spéciales ?
On va profiter de ces deux derniers jours de préparation avant le match pour travailler ces secteurs du jeu. Mais nous le savons, il faudra un peu plus de temps pour que le système gagne en efficacité. Il faut du temps pour que les joueurs se connaissent mais je ne m’inquiète pas sur ces secteurs de jeu car je sais que nous avons recruté de bons joueurs tant en avantage qu’en désavantage numérique.
Qu’est-ce qui sera le plus difficile ce samedi pour ce premier match face à Rouen ? La tête ou les jambes ?
Les joueurs ont hâte de se lancer dans ce premier défi. La notion de derby n’entre pas en compte dans ce match de préparation, la volonté est surtout de se concentrer sur le système et sur ce que chacun aura à faire. Ces 60 minutes nous permettront aussi d’évaluer nos capacités physiques et d’adapter la suite de notre préparation afin d’être prêt le 12 septembre pour la reprise du championnat à domicile face à Angers.