Un point, mais de quoi broyer du noir !

14 décembre 2014

C’est peu dire que les gothiques se sont sentis frustrés à l’issue de leur match contre Epinal ; ils venaient de livrer une rencontre riche en intensité, dans une superbe ambiance et faisaient quasiment jeu égal, après avoir dominé les 2/3 de la partie. Cependant, ls se faisaient remonter au score, dans le dernier tiers et devaient en passer par les prolongations, conclues par un but en or spinalien qui ravivait les incompréhensions des décisions arbitrales. Deux minutes après le début de cet « extra time », l’arbitre, venu de la D3 allemande, sifflait un penalty, parfaitement justifié pour une faute sur un attaquant vosgien qui partait seul au but.Apparemment rien à redire, sauf que quelques minutes auparavant, David Bastien fut victime de la même faute alors qu’il venait également de s’ouvrir le but, mais, après quelques hésitations, le referee n’accorda que la sanction minimale soit 2 minutes de pénalité !
La presse vosgienne pointait également deux autres actions « potentiellement répréhensibles », commises contre les amiénois, (en plus de ce fauchage sus-cité) et oubliées par le directeur de jeu !
En dehors de cela, il y eut une rencontre très agréable à suivre au cours de laquelle les gothiques ont livré un match plein, même si Epinal ouvrait rapidement la marque par Anze Kuralt (1-0 ; 11’11). Un but qui déclencha une avalanche de nounours sur la glace, (des jouets qui dans le cadre de l’opération Teddy Bears, seront remis à des enfants malades par les joueurs spinaliens).
Pendant que le ménage se faisait sur la glace, les gothiques en ont sans doute profité pour revoir leur positionnement, car ils ont attaqué la reprise du jeu avec détermination et application. « Carpette » alias Romain Carpentier égalisait rapidement (1-1 ; 15’44’). Il ne fallait que 2 minutes, à ce même Kuralt pour permettre aux siens de reprendre les devants (2 -1 ; 17’ 38) , « Bruce » Bruijsten, toujours aussi bon chasseur de but replaçait ses équipiers sur le bon chemin (2 -2 ; 19’40’’). Un but toutes les deux minutes, les spectateurs étaient à la fête.
Le second tiers fut moins prolifique, mais les amiénois investissaient la zone défensive des Gamyos sans matérialiser leur domination, à l’exception du but réussi par Greg Coburn (3- 2 ; 29’27’’).
Dans le dernier tiers, ils regretteront cette relative stérilité offensive, puisque Wojtech Kloz , récupérant un rebond d’un tir de Peter Vallier trompait Mitch Okeefe au début du 3ème tiers, -3 – 3 ; 46’30’’). Plus rien ne sera marqué dans le temps réglementaire. La fin du match sera marquée par les deux situations litigieuses décrites plus haut, survenues à moins de 3 minutes d’intervalle mais qui ont entraîné deux décisions complètement différentes, en modifiant complètement le score final.
Pas de quoi broyer du noir pour les amiénois qui marquent quand même un point méritoire et mérité, dans des conditions particulièrement difficiles, avec de nombreuses absences ,(jeunes internationaux et les blessés , dont la liste s’est rallongée la veille de la rencontre)!Tenir la dragée haute à des spinaliens revanchards et boostés par une ambiance des grands soirs reste la marque d’une force de caractère qui devrait compter dans les prochaines rencontres déterminantes qui attendent les Gothiques!
Place à la trêve internationale qui ne sera pourtant pas signe de repos physique pour les hockeyeurs gothiques. Leur pantagruélique calendrier des mois de décembre et de janvier impose un rythme de séances d’entraînement soutenu. Ce qui ne leur permettra pas de respecter l’autre traditionnelle trêve ; celle des confiseurs !

Jicehel

Photo Marc Dubois