Surtout, surtout pas de remake du Titanic à l’Iceberg !!!

16 décembre 2014

Pas question de comparer les Gothiques au vaisseau amiral de la « Star Line », auto proclamé insubmersible vaisseau, qui, en 1912, devait, lors de son voyage inaugural, battre le record de la traversée de l’Atlantique. Un ambitieux projet dramatiquement stoppé, à cause d’un iceberg. Ce soir, dès 18h30, les hockeyeurs amiénois ont rendez-vous avec un adversaire, l’Etoile Noire de Strasbourg, dans leur patinoire de l’Iceberg, qui les a déjà, et à deux reprises, sortis du premier tour des play-offs. Cette fois les gothiques rencontreront, en l’espace de 3 jours, ces mêmes hockeyeurs alsaciens, en espérant prendre deux revanches sur cette équipe qui n’est pas seulement l’Etoile Noire, mais plutôt, jusqu’à maintenant leur bête de la même couleur !
Cette saison, les deux formations se sont déjà croisées à deux reprises, en Coupe de la Ligue ; des matches qui se sont soldés par autant de victoires amiénoises. Mais, les strasbourgeois, n’ont jamais fait mystère de leur très relatif intérêt pour cette compétition ; préférant se consacrer au championnat. Ce qui, pour le moment ne leur réussi pas trop mal, puisque depuis le début,, ils figurent aux premières places. Aujourd’hui, ils comptent le même nombre de points que nos gothiques dans un quatuor, (où figurent également Gap et Dijon, (qui vient de faire signer Kevin Bergin), qui ne compte qu’un point de retard sur les angevins, (en 4ème position), et 3 sur le tandem, Epinal et Chamonix, Alors que les Brûleurs de Loups grenoblois font la course en tête, avec 18 points et un match en plus !
Avant le coup d’envoi de cette rencontre retransmise en direct sur France Bleu Picardie, les hommes de Barry Smith et de Cap tain Kevin, se trouvent dans la situation déjà vécue face à Lyon : l’adversaire du soir présente les mêmes compteurs : nombre de victoires, de défaites et de points rigoureusement identiques. Seule variable, le ratio buts marqués/ buts encaissés, légèrement positif pour les alsaciens, alors que les amiénois, grâce à leur large victoire sur les promus lyonnais, ont, enfin, réussi à équilibrer ces deux données : 29 buts réussis pour autant de concédés.
Une victoire, après une mini-trève, denrée devenue rare, chez nos hockeyeurs, depuis quelques saisons, qui a pleinement satisfait coach Barry, pourtant pas homme à s’enthousiasmer facilement !
Mais comment faire la fine bouche devant la démonstration réalisée au Coliséum face aux gones de François Dusseau ? Il faut dire que pendant la semaine précédant la rencontre, le coach du Michigan avait particulièrement étudié son adversaire et fait travailler ses hommes sur ses points forts (supériorités inférieures et/ou supérieures), avec la réussite que vous savez..
Pour ces deux nouvelles confrontations picardo-alsaciennes, ce soir, en Ligue Magnus et mardi, en Coupe de France, Barry Smith ne part pas dans l’inconnu : en dehors du Tournoi Napoléon, L’étoile Noire a,en effet, été l’une des premières formations croisées sur le banc gothique.
Pour lui et ses hommes ; Iceberg ou pas : une seule volonté : monter sur la glace avec l’envie de gagner !
Si l’on se réfère au casting gothique ; plusieurs poids lourds talentueux, venus pour la plupart d’Outre Atlantique, ou des Pays-Bas, et quelques très percutant chevau-légers ayant soif de buts, fringale qu’ils ont démontré vendredi soir en obligeant le gardien lyonnais à récupérer le palet, à 6 reprises, au fond de ses filets !, un metteur en scène américain, fin stratège sachant s’adapter à toute les situations. Que des ingrédients positifs, pour réaliser, à deux reprises, une superproduction, qui ne pourra qu’être bénéfique au classement, pour l’une, et synonymes de qualification, en Coupe de France pour l’autre. Rien à voir avec le Titanic, même si le cadre de ces deux matches auront pour cadre l’Iceberg !
Allez Amiens !

Jicehel